Chroniques·Home·Lectures

Poil de Carotte

Poil De Carotte

  • Auteur : Jules Renard
  • Date de Sortie : 1894
  • Nombre de pages : 185
  • Editions : Maxi-Livres
  • Adaptations cinématographiques : Non vues
  • Genre : Autobiographique

IMG_2958.JPG

Synopsis :

« Poil de Carotte a les cheveux d’un rouge sombre, le nez creusé en taupinière, des croûtes de pain dans les oreilles. Il marche si mal qu’on le croirait bossu. On pourrait penser que son grand frère Félix le protège. Nenni, celui-ci profite toujours de la situation. Sœur Ernestine, elle, est une chipie, le vrai portrait de sa mère, Mme Lepic, qui ne bat pas Poil de Carotte mais le corrige comme les devoirs de vacances. Reste M. Lepic, grand chasseur mais piètre paternel, toujours préoccupé par ses affaires. Bref, Poil de Carotte en voit de toutes les couleurs mais, comme il le dit lui-même, tout le monde ne peut pas être orphelin… Heureusement il y a la ferme et son vieux parrain. De quoi rigoler ! »

Mon Avis :

Pour l’école je devais choisir un livre à lire, comme j’avais déjà celui ci dans ma bibliothèque je l’ai choisi. Je peux dire qu’au moins je l’ai sorti sans grande motivation. Et tant mieux. A vrai dire je ne sais même pas quoi en dire. Il ne m’a pas plu. L’histoire en elle même m’a semblée ennuyante à souhait. Cependant j’ai vu qu’il avait été apprécié par beaucoup. Comment dire ? Certaines scènes sont des plus banales, même pour une autobiographie, on a juste envie de passer à autre chose. Les découpages sont très étranges, on passe du coq à l’âne comme si l’auteur ne savait plus lui même ce qu’il racontait, chaque fois qu’on commencer à s’intéresser à la scène, il change. D’ailleurs passer d’une scène à l’autre me perdait aussi, on se dit « Mais il s’est passé combien de temps ? Et il a quel âge là ? ». Sincèrement pour l’âge je n’arrivais pas, certaines fois il semble petit, d’autres plus vieux, puis encore enfant, je n’arrivais clairement pas à le situer. Chacun des personnages y compris le fameux Poil de Carotte étaient détestables, je ne m’attachais à aucun d’eux, ils avaient tous le don de m’exaspérer. En l’achetant je ne m’attendais pas du tout à ça et je trouve le synopsis, beaucoup trop trompeur.

De plus certains passages me mettaient mal à l’aise, je ressentais une certaine gêne en les lisant, sans trop spoiler les passages avec les animaux (âmes sensibles d’abstenir), on comprend que l’enfant (ou l’ados ?), le personnage, a sans doutes quelques problèmes avec sa violence, sûrement due à sa situation, cependant l’auteur, qui écrit normalement sa propre vie, me donnait l’impression de reporter ça comme une fierté déconcertante. Un peu du genre « Eh bah moi j’ai déjà fais ça et pas qu’une fois même, et pas toi ! », ensuite choix de l’auteur ? Réelle fierté ? Je ne peux le savoir, cela étant, je n’ai pas du tout aimé. Je ne sais pas trop quoi dire plus si ce n’est que ce n’était pas pour moi, je n’y ai trouvé que fouilli, brouillon, scènes trop étranges voire glauques, des personnages agaçants et une plume brouillée, comme perdue. Vous l’aurez compris, pour moi c’est une déception.

Et toi ? Tu l’as lu ? T’as aimé ? Dis moi tout !

Tschüss !

Publicités
Chroniques·Home·Lectures

Hana No Breath, Tome 1

Hana No Breath

Tome 1 Le souffle des fleurs

Hana No Breath 1.jpg

  • Scénariste & Dessinatrice : CALY 
  •  Année de parution : 2016
  • Type : Manga Shojo
  • Genre : Romance, Humour
  • Série prévue en 2 tomes : Tome 1

Synopsis :

« Et si son prince charmant était en réalité une fille ?! Azami, 16 ans, ne comprend pas la passion de ses amies pour le Yuri et le Yaoi… Elle, elle n’aime QUE les garçons, et surtout le beau Gwen, avec qui elle rêve de sortir depuis le début de l’année! Intelligent, sportif, un peu plus âgé qu’elle et surtout mignon, il a tout du petit ami idéal. Mais comment réagira-t-elle quand elle découvrira que Gwen est en réalité une fille ?! Une romance humoristique au-delà des préjugés sur l’éveil des sentiments à l’adolescence. »

Mon Avis :

J’ai rencontré l’auteure à Paris Manga 2017 en septembre et malgré la discussion brève et le bruit incessant, j’ai été très heureuse de la rencontrer, c’est une personne vraiment adorable. On a pu discuter un peu (de Stranger Things notamment 😉 ) et j’ai pris au passage le premier tome d’Hana No Breath, le deuxième n’étant pas encore sorti. Je l’ai lu rapidement par la suite au court du mois d’octobre car il me faisait vraiment de l’oeil.

Il est vrai que ce n’est pas un sujet courant, l’homosexualité n’est encore que très peu abordée, assumée ou alors peu commercialisée dans la littérature, même si l’on progresse peu à peu, c’est un sujet toujours tabou, malheureusement. Mais c’est, chaque livre, chaque histoire de plus avec qui rajoute sa pierre et qui fait avancer les choses. Pour revenir à l’histoire, le synopsis nous pose ses bases dès le début et dans un sens, on sait à quoi s’attendre. D’ailleurs au début je trouvais que cela venait super rapidement mais après réflexion, c’est un manga donc cela va toujours vite, et surtout on nous le dit dans le synospsis, l’histoire se base sur la suite de leur relation et non sur le secret de Gwen, alors ce n’est pas si dérangeant. Cela aurait sûrement été embêtant d’attendre trop longtemps un retournement que l’on connait déjà.

Ensuite, c’est un shojo, inutile d’épiloguer sur ça, quelques scènes mignonnes peut être un peu niaises, une multitude de sentiments liés à l’amour, en bref une histoire d’amour classique et compliquée. C’est d’ailleurs agréable en ce sens, car le choix de l’orientation ne fait pas changer le sens de la relation, seulement l’acceptation de sois-même face aux autres dans la société, et c’est ce qui est très bien exprimé. Le tout avec une pointe d’humour que j’adore, du sarcasme par-ci par-là. C’est une histoire très complète, avec plusieurs péripéties, on ressent vraiment le travail fournit et c’est super agréable à lire. On ne se retrouve pas qu’avec une introduction. Le seul petit bémol que je trouverais c’est la rapidité de certains faits, ou plutôt on ne se rend pas compte du temps passé dans l’histoire et du coup on peut avoir l’impression que tout est trop rapide, mais c’est vraiment minime. J’ai énormément apprécié le cheminement de leur relation, Azami qui en apprend sur elle même alors qu’elle ne le souhaitait pas vraiment et était radicalement opposé au Yaoi par exemple comme c’est dit dans le synospsis. Alors oui on lève les yeux au ciel sur certaines scènes, mais c’est tellement adorable et c’est compliqué à exprimer mais même ces scènes ont leur touche d’originalité. Il suffit juste d’oublier le reste et de se plonger dans cet univers adorable à souhait, de juste vouloir lire une bonne petite histoire d’amour qui change un peu de d’habitude et le tour est joué.

Et enfin, les dessins, tout simplement splendides, les décors, les personnages tout est travaillé au détail près, c’est vraiment beau. C’est un manga qui passe tout seul, vraiment pour tous, très complet, pour soutenir un peu ce sujet dans toute littérature.

Et toi, tu l’as lu ? T’as aimé ? Dis moi tout !

Tschüss !

Chroniques·Coups de Coeur·Home·Lectures

Le Monde De Charlie, le livre

Le monde de Charlie

Le monde de Charlie.jpg

  • Auteur : Stephen Chbosky
  • Date de Sortie : février 1999 (VO) 2008 (VF)
  • Titre original : The Perks of Being a Wallflower
  • Premier Titre VF : Pas Raccord
  • Nombre de pages : 294
  • Adaptation cinématographique : Non vue

Synopsis :

« Au lycée où il vient d’entrer, on trouve Charlie bizarre. Trop sensible, pas «raccord». Pour son prof de Lettres, c’est un prodige ; pour les autres, juste un freak. En attendant, il reste en marge – jusqu’au jour où deux étudiants, Patrick et la jolie Sam, le prennent sous leur aile. La musique, les filles, la fête : c’est tout un monde que Charlie découvre… »

Mon Avis :

On m’a prêté ce livre en me disant qu’il me plairait, et ce fut le cas. Il n’y a pas grand chose à dire de ce livre, si ce n’est qu’il est tellement poignant. On en a beaucoup entendu parler il y a un moment, avec la sortie du film que je n’ai pas encore vu. Je ne l’ai lu que maintenant, et j’ai beaucoup aimé, le truc avec ce livre c’est qu’on ne peut pas en parler clairement, on me l’a donné en disant « Juste lis le », c’est tellement cru et tellement beau à la fois. L’auteur, ou Charlie, comme c’est « lui » qui écrit, exprime les choses telles qu’elles sont, sans prendre de pincettes, que ça en deviendrait poétique. J’ai été touché par sa plume et il m’a fait légèrement penser au personnage de Lennie dans « Des souris et des hommes » de part sa simplicité. J’ai eu une boule au ventre pesante pendant ma lecture quelque fois et la fin m’a laissé sur le cul sur le postérieur. Pour être sincère, j’ai refermé le livre et j’ai pleuré, simplement. J’ai pleuré pour Charlie, pour l’histoire, mais surtout parce qu’il m’a fait tellement réfléchir. C’est un livre qui malgré la non-délicatesse du sujet m’a appris. Je le place dans mes coups de coeur parce qu’après réflexion c’est vraiment un livre qui m’a marqué.

Ce n’est pas un livre pour tout le monde, il parle de drogues, d’alcools, de désir, d’amour aussi enfin bref. C’est tellement compliqué à expliquer que je m’excuse pour mon avis vague et que je vous dirais pour finir, simplement Juste Lisez le.

Et toi ? Tu l’as lu ? Tu en as pensé quoi ? Dis moi tout !

Tschüss !

Coup de Coeur

Chroniques·Home·Lectures

Heidi, Fille de la Montagne

Heidi, fille de la montagne

Heidi 1.jpg

  • Auteur : Johanna Spyri
  • Langue Originale : Allemand
  • Nombre de pages : 123 pages
  • Edition : Classica Licorne éditions
  • Date de Parution VO : 1880
  • Genre : Jeunesse
  • Adapté en série : anime japonais

synopsis :

« Heidi a perdu ses parents alors qu’elle était encore bébé. Sa tante Dete, chez qui elle a vécu un certain temps, n’est plus capable de s’en occuper. C’est ainsi qu’elle la confie à son grand-père qui vit là haut, sur l’Alpe. Ce dernier est très solitaire et peu sociable : il vit comme un ermite. Tous le craignent et évitent de se trouver sur son chemin. Heidi quant à elle, est aussi gaie que spontanée? Cela suffira-t-il à attendrir le coeur du vieil homme ? »

Mon Avis :

Ce livre faisait partie de ma liste du Pumkin Autumn Challenge, qui d’ailleurs n’avance pas top top. J’ai vu, enfant, l’intégralité de la série, plusieurs fois, j’adorais Heidi. Alors quand j’ai trouvé ce livre dans une petite boutique d’occasion j’ai sauté dessus. Je ne savais même pas que c’était tiré d’un livre.

Ma lecture n’était simplement que douceur, je retrouvais parfois des bribes de souvenirs de l’anime dans des passages, c’était juste tout doux, tout mignon, adorable. C’est court, mais je me suis retrouvée dans le cocon des montagnes de Suisse avec Heidi en lisant. J’ai vraiment adoré retrouver cette atmosphère enfantine, cette chaleur au coin du feu du chalet. C’est vraiment un petit doudou, un chocolat fondant. Beaucoup trop d’amour dégoulinant mais vous m’avez compris. Pour beaucoup ce sera juste une petite histoire mignonne mais ce qui m’a fait tant aimer ce livre c’est d’avoir retrouvé une histoire, une héroïne de mon enfance, dans un décor qui m’a toujours plu.

En bref j’ai passé un super moment de lecture et c’est une histoire sans prétention pleine de douceur à lire aux enfants ou juste pour nous même. Un livre doudou, comme un chamallow fondu à la cheminée d’un chalet en pleine montagne… Bon ok j’arrête

Et toi, tu l’as lu ? T’as aimé ? Dis moi tout !

Tschüss !

Chroniques·Home·Lectures

Marley et Moi, le livre

Marley et moi

Marley et Moi.jpg

  • Auteur : John Grogan
  • Langue Originale : Anglais (US)
  • Nombre de pages : 417
  • Editions : France Loisir, 2007
  • Genre : Autobiographique, Comédie, Jeunesse
  • Adapté au cinéma : Non vue

Synopsis :

« Si le chien est le meilleur ami de l’homme, il peut parfois être le pire. C’est ce que vont découvrir John et Jenny Grogan, quand ils décident d’acheter un labrador peu de temps après leur mariage, afin de tester leurs capacités parentales. D’adorable petite boule de poils, Marley se transforme en un mastodonte de quarante-cinq kilos, qui détruit tout sur son passage, dévore quantité de nourriture et d’objets en tout genre, et témoigne d’un attachement aussi débordant qu’envahissant envers ses maîtres. »

Mon avis :

Ce livre était dans ma PAL de cet été et je l’ai lu au début du mois d’août. Ce fût une très bonne lecture, qui frôle le coup de coeur. C’est un livre pour ceux qui ont un chien, ou simplement pour ceux qui les aiment. Je ne me trompe pas en affirmant ne pas être la seule à qui il a tiré quelques larmes (Les chutes du Niagara). C’est vraiment un livre touchant qui retrace toutes les galères mais surtout toutes les joies d’avoir un chien du début à la fin. Malgré tous les problèmes rencontrés l’auteur nous dévoile une histoire d’amour tout simplement forte et réaliste. Côté émotions on ne peut pas être déçu, vous l’aurez compris j’ai beaucoup aimé ce livre.

Pour les quelques point négatifs, j’avouerais avoir été perdue par moment dans le temps. Je m’explique, l’auteur ne donne pas toujours des indications temporelles et il nous transporte parfois loin en avant, ce qui m’a parfois perdue, notamment au premier passage mentionnant la vieillesse de Marley  je ne m’attendais pas du tout à ce qu’il soit « si vieux » à ce moment. Ensuite j’avais l’impression que l’auteur avançait par étapes distinctes dans le récit. C’est à dire que souvent un passage se consacrait uniquement à sa vie personnelle et professionnelle, car c’est une autobiographie, en ne parlant pas ou presque de Marley puis d’un coup il balayait tout ça pour parler uniquement du chien. Ces passages radicaux m’ont un peu déstabilisée et parfois j’attendais justement à ce qu’on change « de point de vue » bien qu’il n’y en ai qu’un seul à proprement parler.

Cependant ce ne sont à mon sens que des détails qui ne n’ont pas gâché, loin de là, ma lecture qui m’a vraiment marquée.

Et toi ? Tu l’as lu ? Tu as vu le film ? Tu en as pensé quoi ? Dis moi tout !

Tschüss !

Chroniques·Home·Lectures

La perle

La perle

La perle.jpg

  • Auteur : John Steinbeck
  • Langue Originale : Anglais (US)
  • Sortie Originale : 1947
  • Nombre de pages : 122
  • Editions : Folio, 1993
  • Genre : Classique

Synopsis :

« Jouant de sa lame comme d’un levier, il le fit céder et le coquillage s’ouvrit. Les lèvres de chair se crispèrent puis se détendirent. Kino souleva le repli et la perle était là, la grosse perle, parfaite comme une lune. Elle accrochait la lumière, la purifiait et la renvoyait dans une incandescence argentée. Elle était aussi grosse qu’un neuf de mouette. C’était la plus grosse perle du monde. »

Mon avis :

C’est un livre de ma PAL de cet été, que j’ai lu après avoir eu un énorme coup de coeur sur ma première lecture de cet auteur « Des Souris Et Des Hommes ». Malheureusement pour moi, ça ne l’a pas fait. Je n’ai pas vraiment accroché à l’histoire, je n’ai même pas compris clairement où et quand se passaient les actions, je ne sais pas si c’est indiqué. J’ai trouvé le scénario banal voire trop simple, je ne me suis pas attachée aux personnages plus que ça, peut être parce que l’histoire est vraiment courte. Je n’ai pas compris où l’on nous menait, ni pourquoi il se passait ça ou ça. J’ai sans doute manqué quelque chose car j’ai pu voir que certain(e)s on vraiment été touché par ce roman mais moi pas.

Ce livre ne m’a pas paru mal écrit, même si je n’ai pas retrouvé la plume de Steinbeck que j’avais adoré la dernière fois, mais juste je n’ai pas vu l’intérêt. Je pense vraiment que je n’ai pas trouvé le point sensible du roman et c’est bien dommage mais pour moi c’est non. Le livre passait tout seul ce qui est un avantage, car il était court mais ça c’est aussi un inconvénient pour moi, l’histoire est vraiment courte et il se passe peu de chose, je n’ai pas pu m’immerge dans ce monde qui aurait dû être plus détaillé pour être intéressant. Cela dit ce n’est pas un mauvais livre, je pense, si vous trouvez le message sensible plus approfondi de l’histoire.

Et toi tu l’as lu ? Tu en as pensé quoi ? Dis moi tout !

Tschüss !

Chroniques·Home·Lectures

Journal d’Anne Frank

Journal d’Anne Frank

Journal de Anne Frank

  • Auteure : Anne Frank
  • Publication originale : 1947
  • Langue Originale : Néerlandais
  • Nombre de pages : 317
  • Éditions : Le Livre de Poche, 1950
  • Genre : Autobiographique, Historique

Synopsis :

4e : « J’aimerais ressembler toujours à cette photo. Alors, j’aurais peut-être la chance d’aller à Hollywood.   Anne Franck 10 oct. 42. »

« Le Journal d’Anne Frank est le livre du journal intime tenu par Anne Frank, une jeune fille juive allemande exilée aux Pays-Bas, lorsqu’elle se cache à Amsterdam, pendant deux ans, avec sa famille et quatre amis, au cours de l’occupation des Pays-Bas par l’Allemagne nazie. Anne Frank a reçu son journal le 12 juin 1942, et commence à l’écrire le jour même ; le journal s’arrête au mardi 1er août 1944. »

Mon avis :

Tout le monde à déjà entendu parler du célèbre Journal d’Anne Frank, un témoignage important de cette époque. Je me devais de le lire, j’avais vraiment l’impression qu’il fallait que je le lise, pour moi-même. Et c’est désormais chose faite. Je pense que mon avis risque d’être très court, car peut-on vraiment trouver quelque chose à redire sur un livre comme celui-là ? Il est impossible de classer coup de cœur ni encore moins déception un livre comme ça. On ne peut pas dire « il est génial » comme s’il s’agissait d’une fiction. Toute fiction peut être poignante, déchirante, ou même décevante pour certains, qu’importe, ici chaque mot, chaque phrase reflètent la réalité. La dure réalité, il y a une personne réelle, qui a vraiment vécu ce qu’elle écrit, derrière chaque page. Vous me direz un auteur aussi est réel mais très souvent un auteur joue avec les mots, il crée, il invente. Là Anne Frank à écrit son journal et n’a pas cherché à en faire un bon livre. C’est différent.

A chaque page que j’ai tourné j’ai été bouleversée, touchée, et chaque fois je me disais « Anne Frank a vraiment existé, et elle a écrit ces mots en temps réel ». Oui je pense que le fait que ce ne soit pas une fiction m’a tout particulièrement touché. Je ne peut pas déconseiller ce livre, autant qu’il est difficile de le conseiller, je pense qu’on doit le lire, de sois-même au moment venu.

Et toi tu l’as lu ? Tu en as pensé quoi ? Dis moi tout !

Tschüss !

Chroniques·Home·Lectures

Seul sur Mars, le livre

Seul sur Mars

Seul sur mars.jpg

  • Auteur : Andy Weir
  • Titre original : The Martian
  • Sortie originale : 2011 (E-book)
  • Nombre de pages : 408
  • Genre : Science-Fiction
  • Éditions : Milady
  • Adapté au cinéma

Synopsis :

 » Mark Watney est l’un des premiers humains à poser le pied sur Mars. Il pourrait bien être le premier à y mourir. Lorsqu’une tempête de sable mortelle force ses coéquipiers à évacuer la planète, Mark se retrouve seul et sans ressources, irrémédiablement coupé de toute communication avec la Terre. Pourtant Mark n’est pas prêt à baisser les bras. Ingénieux, habile de ses mains et terriblement têtu, il affronte un par un des problèmes en apparence insurmontables. Isolé et aux abois, parviendra-t-il à défier le sort ? Le compte à rebours a déjà commencé… »

Mon avis :

J’ai vu le film, il y a un moment déjà, bien avant de savoir qu’il y avait un livre. J’avais vraiment beaucoup aimé l’ambiance et l’histoire dans le film c’est pour cela que j’ai voulu me procurer le livre. Il était dans ma PAL depuis seulement quelques mois et j’ai décidé de le sortir cet été.

Je pense que je ne pourrai pas donner un avis très constructif, tout bêtement parce que je ne sais pas ce que j’en pense à vrai dire. J’ai eu, malgré moi, de la peine à le terminer. Il m’est impossible de dire que c’est un mauvais livre car ce n’est pas le cas mais il n’était peut être pas fait pour moi. Autant j’ai beau ne pas aimer les Sciences mais l’Astronomie, les étoiles, tout ça sont les seules qui m’intéressent (même si je n’ai pas énormément de connaissances dessus). Mais, ce livre est compliqué tout simplement, d’un certain point de vue. Je n’ai pas tout compris et c’est pour ça que je reste mitigée. Certaines fois le narrateur expliquait et je parvenais à comprendre, d’autres j’avais beau essayer je ne m’y connaissais que trop peu pour comprendre.

Ce qui fait, cependant, que je n’ai pas été réellement déçue de ma lecture c’est que tout le livre n’est pas un regroupement de formules, de calculs et de missions compliqués et incompréhensibles. Il reste adapté à un public moins expérimenté que les personnages en fait, mais il faut je pense avoir quelques bases solides pour apprécier pleinement ce livre. Ce n’est donc pas une mauvaise lecture, j’ai même ris à certains moments, mais je ne peux pas non plus affirmer avoir dévoré et adoré ce livre. Je le conseille donc pour ceux qui s’y connaissent un peu, pour les « autres » comme moi, rien ne vous empêche de tenter l’aventure, sinon le film pourra peut être mieux vous satisfaire, étant moins complexe.

Et toi ? Tu l’as lu ? Tu as aimé ? Dis moi tout !

Tschüss !

Chroniques·Home·Lectures

Les Chroniques de Nomadoss T1&2

Les Chroniques De Nomadoss T1&2

1&2.jpg

Synopsis T1 :

« Cinq est un jeune homme vivant dans le monde tourmenté d’Harunha. Son village a été réduit en cendre par un seul et unique guerrier et depuis, il marche, semblant être en quête d’une chose qui nous est inconnue. En chemin, il rencontre Blanche, une nymphe au prise avec un homme faisant partie d’un ordre malfaisant répondant au nom des brigands bleus. Cinq l’extirpe de ce bien mauvais pas et accepte qu’elle reste avec lui. En chemin, il lui confie qu’il se rend au village de Maaï afin d’y rencontrer l’ancien des lieux. »

extrait 1

Mon avis T1&2 :

Dans ce manga on retrouve Cinq un garçon qui a du fuir suite à une attaque sur son village par un puissant guerrier. Il va ensuite rencontrer Blanche et, grâce à elle, en apprendre plus sur lui même, car il est différent. Ce sont deux premiers tomes que j’ai vraiment beaucoup appréciée. J’aime beaucoup les dessins, originaux, face à d’autres mangas, ce n’est pas un style habituel, mais cela colle parfaitement à l’histoire et fait son charme. L’histoire, en elle même intéressante, est, je trouve, originale, il n’est pas rare  de suivre un personnage qui prend part à des combats et trouve sa quête mais ici j’appécie beaucoup la manière dont c’est abordé. Très ressemblant à un jeu vidéo de manière à ce que les personnages montent de niveaux grâce aux combats et ont leurs aptitudes propres, je trouve cela original et attrayant.

Les actions se déroulent une à une et s’embriquent parfaitement. C’est une saga sans prise de tête qui demande tout de même de suivre, évidement, mais on le fait sans se forcer. J’ai beaucoup aimé ces tomes et j’ai hâte de me procurer la suite.

Et toi tu les as lus ? Tu en as  pensé quoi ? Dis moi tout !

Tschüss !

 

Chroniques·Home·Lectures

À l’Ouest

À l’Ouest

1

  • Auteur : Olivier Adam
  • Editions : Pocket
  • Année d’édition : 2001
  • 139 pages

Synopsis :

« Marie vit dans un pavillon de la banlieue parisienne avec ses deux enfants, Antoine et Camille. Antoine a presque dix-neuf ans. Fragile, rêveur, indocile, il sèche les cours au lycée, erre dans le centre commercial de son quartier, fume quelques pétards et ingurgite des litres de vodka. Camille, elle, veille sur son grand frère, de loin, et calme ses angoisses en se plongeant dans la lecture des évangiles. Ses prières à la vierge Marie lui permettent de parler à quelqu’un de ses doutes sur la marche de ce bas monde. Quant à Marie, leur mère, elle fait ce qu’elle peut. Jusqu’au jour où elle décide de partir pour de bon, sans explications. Livrés à eux-mêmes, Camille et Antoine vont devoir reconstituer le passé familial pour comprendre leur mère. »

Mon avis :

Hum.. Que dire de ce roman ? Je ne sais pas trop ce qui m’avais poussé à l’acheter (d’occasion heureusement pour moi), je crois que je m’attendais à un roman avec de l’espoir, un lourd secret pesant sur la famille, que l’on découvrirait au fur et à mesure pour découdre puis reconstruire cette famille, mais ce n’est pas du tout ça. On y retrouve une famille, au bord du gouffre, sans réelle raison exprimée. Oui il y a quelque passages qui parlent du passé, parfois triste mais rien qui pousse une famille complète à la dépression. On ne sait pas pourquoi ils sont comme ça. Vous l’aurez compris j’ai été déçue par ce roman, pourtant très court (ouf). J’ai cru comprendre que « la dépression » dans ce style était un thème réccurant chez l’auteur mais qu’habituellement il y glisse un message d’espoir. Ce n’est pas le cas ici, au contraire même, j’ai trouvé que tout le livre foutait un coup de blues. Du début à la fin on déprime avec les personnages et on a l’impression qu’eux même ne veulent pas s’en sortir. La fin nous laisse par la même occasion sans explications, j’aurais voulu être surprise au moins à la fin ce n’a pas été le cas. C’est une histoire où l’on suit les trois personnages séparement, de plusieurs points de vue Marie et Camille d’un point de vue externe et Antoine dans sa tête, cela m’a un peu perdue parfois.

Alors peut être que je n’ai pas compris le message plus en profondeur, mais pour moi c’est une déception. Pour trouver quelques points positifs, la plume de l’auteur est originale, un peu trop brutale à mon goût mais originale, il alterne une plume saccadée en courtes phrases, une plume légère et poétique parfois et parfois très familière. Sinon je l’ai lu d’une traite, tant il était court (et écrit gros), mais, à mon sens, heureusement car je n’ai pas vraiment aimé. De plus je n’ai pas trouvé le rapport même infime avec le titre.

Et toi tu l’as lu ? Tu en as pensé quoi ? Dis moi tout !

Tschüss !